Voyage au Panama: les fortifications de la côte caraïbe, Portobelo et San Lorenzo

More trips on our website/plus de voyage sur notre site:

http://www.ann.fr/voyage-sur-mesure/49/panama.html

You know about the Panama canal, but did you hear about Portobelo and the panameen
caribean coast ? Le Panama s’enorgueillit  par son canal, mais pas seulement. NostaLatina emmène toujours ses voyageurs pendant leur périple sur-mesure et dès que possible dans les coins encore peu connus (quoique…) hors des sentiers battus.

portobelo

Dans la zone des Caraïbes, à un peu plus d’une heure et demi de la ville de Panama se trouve la province de Colon. Des endroits à visiter dans la région, Portobelo est incontournable. Christophe Colomb arriva sur les lieux dans son quatrième et dernier voyage en Amérique en 1502. Après avoir été impressionné par la beauté des lieux, il nomma le port Puerto Bello signifiant beau port en français. Le nom est resté, il a seulement été transformé en Portobelo. Puis les premiers colons s’installèrent et fondèrent la petite ville Nombre de Dios. L’endroit, un peu plus à l’est de la ville de Portobelo était plutôt hostile pour les premiers Européens qui s’y installèrent. Après avoir été détruite par le pirate Francis Drake en 1596, année où il mourut de dysenterie à l’âge de 53 ans et dont on suppose que le corps est enterré, la ville fut reconstruite en 1597 par le conquistador espagnol Francisco Velarde y Mercado sous les ordres de la couronne espagnole. Elle prit alors le nom de San Felipe de Portobelo. Situé près d’une baie d’eaux turquoises, ce fut jadis le premier port international des Amériques et le centre de transfert de l’or et des trésors venant du Pérou vers l’Espagne, d’où sa position stratégique.

Il est composé de 5 forts espagnols et d’une maison coloniale restaurée, l’ensemble datant du XVIIème siècle. Vous apprécierez notamment les ruines du fort Santiago de la gloire, le fort San Felipe, la batterie Buenaventura ou encore les ruines de la forte tranchée Santiago primitif et bien d’autres ruines qui existent sur les fortifications. Se trouve aussi sur les lieux le musée du Christ Noir (El museo del Cristo Negro) dédié au saint patron de Portobelo.

Connu par les voileux du monde entier comme une halte agréable avant d’emprunter le canal de Panama, Portobelo fut jadis un repère de pirates et de flibustiers. En effet durant deux siècles, ceux-ci attirés par les richesses transitant dans la ville harcelèrent les Espagnols. Tour à tour ils prirent et perdirent la ville. Les ruines des fortifications espagnoles de Portobelo furent déclarées patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en 1980.

maxresdefault

L’autre endroit à ne pas manquer est situé à l’entrée du fleuve Chagres dans la région de Colon. C’est l’une des plus anciennes forteresses d’Amérique, elle se situe à l’embouchure du fleuve Chagres, fleuve célèbre car c’est le chemin qu’emprunta le pirate Henry Morgan pour mettre à feu et à sang la ville de Panama la vieja. Au même titre que les fortifications de Portobelo, on entreprit, suite aux attaques pirates liées au transit de l’or et de l’argent péruvien vers le Panama, la construction d’un système de défense sur les ports de l’Atlantique. C’est ainsi qu’on décida la construction du fort de San Lorenzo pour protéger des pirates l’entrée du fleuve Chagres menant à l’ancienne ville de Panama. Les travaux démarrèrent par ordre du roi Philippe II d’Espagne en 1598 et se terminèrent en 1601. Le fort fut érigé au sommet d’un récif de sorte qu’il domine complètement l’entrée du fleuve Chagres. En 1670, le fort fut attaqué par terre et non par mer et fut pris grâce à 400 hommes par le pirate Joseph Bradley remettant ainsi en cause les dires de son constructeur comme quoi la forteresse était inexpugnable.

Dans le patio de la forteresse, il existe un puit d’une taille imposante. Le fort était prévu pour lutter contre l’assaillant. De nombreuses défenses avaient été pensées pour résister tel cet escalier relié au ravin, sorte de poste avancé permettant d’observer l’ennemi. De même de nombreuses galeries souterraines alimentaient le fort dans différentes directions.

Après sa reconstruction il servit aussi de prison d’état et il abrita bon nombres de personnages illustres comme Pedro José de Guzmán-Dávalos, Marquis de la Mina y Gouverneur del Reino de Tierra Firme ainsi que le péruvien Francisco Antonio de Zela, héro de l’émancipation américaine. Aujourd’hui encore on peut admirer les canons imposants qui défendaient le fort. Plus récemment, le fort servit de camp d’entraînement à l’armée américaine (de1953 à 1999). Celle-ci le rénova en 1995. C’est un endroit superbe pour se promener, découvrir la faune et la flore. Le fort de San Lorenzo fut déclaré patrimoine de l’humanité en 1980 accompagné des fortifications de Portobelo sous la dénomination Fortifications de la côte caraïbe du Panama: Portobelo, San Lorenzo.

Lors de votre prochain voyage avec NostaLatina, n’oubliez pas cette belle ville de Portobelo, accessible en voiture depuis la Ciudad de Panama!