Voyage en Colombie: Sanctuaire de faune et de flore de Malpelo

More trips on our website/plus de voyage sur notre site:

http://www.ann.fr/voyage-sur-mesure/40/colombie.html

Ce sanctuaire se situe à 506 km de la côte colombienne et comprend l’île de Malpelo (350 ha) ainsi que la zone marine environnante (857 150 ha). Ce vaste parc marin, qui est aussi la plus grande zone où la pêche est interdite dans le Pacifique tropical oriental, constitue un habitat d’une importance critique pour un certain nombre d’espèces marines menacées au plan mondial.
2014_06_malpelo_patrick-0264

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L’île de Malpelo, connue également comme la Roca viviente (roche vivante), se trouve à 330 kilomètres du territoire colombien, à l’ouest de Buenaventura dans l’océan pacifique. Cette île revêt un grand intérêt stratégique pour le gouvernement colombien. D’un côté, elle permet de fixer les limites maritimes avec le Costa Rica et de l’autre elle rend possible l’extension du territoire maritime à 200 milles plus à l’ouest de l’île. Pour s’y rendre on doit embarquer sur un navire pour une traversée de 22 heures. Ici il existe un sanctuaire de faune et de flore  qui fut créé en 1995. Elle fut déclarée patrimoine naturel de l’humanité par les 21 pays membre de l’UNESCO. La meilleure saison pour l’explorer est entre août et octobre.

Quand on aperçoit l’île, on est subjugué par sa beauté, la vue est déconcertante: un territoire sans végétation, d’où vient peut-être son nom (malpelo peut être traduit par tondu en français) de 3,5 km2 à 300 mètres d’altitude où il n’existe aucune plage. Ce gros rocher est entouré de falaises de type volcaniques qui émergent de plus de 4000 mètres de profondeur. D’une longueur de 1643 mètres pour une largeur de 727 mètres il est entouré de 11 îlots. Cet endroit est sauvage, inhospitalier mais les amoureux de la nature apprécieront.

C’est une des îles du Pacifique les plus visitées par les scientifiques et les plongeurs du monde entier. L’eau douce y est absente. Ses origines volcaniques et géologiques ne le permettent pas. Mais ce manque d’eau n’a pas été un frein pour les innombrables espèces qui y ont élu domicile. L’humidité de l’air, la condensation a permis à l’eau de se fixer dans les fissures et pores de la roche volcanique. On ne sera donc pas surpris par la présence fréquente de nuages brumeux couvrants les sommets de l’île. Elle est constamment surveillée par l’Armée colombienne. A l’instar des îles Galápagos non loin de là, elle dispose dune zone d’exclusion pour les navires de plus de 500 tonnes et tous les bateaux de pêche.

La végétation est absente, l’endroit n’est pas très propice au développement de la végétation. En effet y pousse essentiellement du lichen, des micro-algues ou encore de la mousse. Sur le rocher on trouve aussi un peu d’herbes. Mais l’attractivité de l’île repose surtout sur sa faune et sa flore. C’est en effet le paradis des plongeurs et elle fait parti des plus beaux sites de plongée au monde. Elle forme d’ailleurs le « Golden triangle » avec l’île Coco et les Îles Galápagos. Sa nature volcanique est directement liée au développement des espèces sous-marines. La faune bien au contraire est tout à fait exubérante. Sur une surface de 1,2 km2, on dénombre 60 espèces d’oiseaux dont la plus grande colonie reproductrice de Fous masqués au monde. D’autres espèces endémiques sont présentes telles que le crabe terrestre, le Geko de Malpelo, la chauve-souris de mer aux lèvres rouges. Les eaux qui entourent l’île de Malpelo abritent une grande quantité d’écosystèmes. On trouve une des formations coralliennes les plus importantes  du Pacifique colombien. De plus c’est un lieu de reproduction et de migration important pour bon nombre d’espèces comme le thon, le mérou, le barracuda, l’espadon ou encore les dauphins. Nulle part dans le monde il est possible de plonger avec autant de requins de tout type (requins marteaux, requins pèlerins etc.) et de gros poissons. De juillet à novembre vous apercevrez les baleines à bosses. Les séjours sur l’île sont assez longs. Un plongeur expérimenté pourra séjourner 8 jours sur l’île en logeant sur les bateaux et en effectuant en moyenne trois plongées par jour. Seul un bateau est autorisé sur le site et très peu d’agences proposent l’excursion, tout ceci dans le but de protéger les lieux. Paradoxalement l’île est la proie des pêcheurs illégaux venants s’approvisionner dans la réserve. Il n’est pas rare de croiser des bateaux immatriculés sous pavillon équatoriens, péruviens, japonais ou encore costaricains. Malgré tout le lieu reste magique, tout est mis en œuvre pour protéger la biodiversité des écosystèmes et des différentes espèces présentes. Le tourisme de masse n’existe pas. La visite de l’île doit donc rester une exception, un court passage qui occasionnera de merveilleux souvenirs. Cet endroit ne doit pas devenir à la mode, il ne doit pas non plus devenir célèbre comme ont pu le devenir les îles Galápagos car elle perdra de sa splendeur et bon nombre d’aspects qui en font son charme. Un voyage en Colombie, c’est déjà hors des sentiers battus, mais un séjour à Malpelo, qu’en dites-vous?

This entry was posted in Infos. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s