Voyage en Bolivie : Coroico et la route de la mort

More trips on our website/plus de voyage sur notre site:

http://www.ann.fr/voyage-sur-mesure/37/bolivie.html

 La Route de la Mort: de 4700m à 1200m en 4h! Death Road: from 4700m to 1200m in 4h! Il faut être barge pour faire ça: une immense descente à vélo sur la Route de la Mort, la route la plus dangereuse au monde! Jusqu’à il y a 3 ans, c’était la seule route reliant La Paz aux Yungas, le début de la jungle amazonienne dans le nord de la Bolivie.

images (1)

Did you hear about the Death Road in Bolivia? Lors de son premier voyage en Bolivie, on se concentre plutôt sur le côté des Andes. Seuls les voyageurs prenant leur temps et visite le pays pour plus de deux semaines songent à découvrir cette partie qui reste très peu touristique. La route de la mort, carretera de la muerte en espagnol, relie en une soixantaine de kilomètre La Paz au Yungas. Ce fut jadis une partie du chemin de l’inca, vaste réseau de route alimentant tout le tahuantinsuyo, l’empire Inca. Les Incas la parcouraient à pied du Machu Pichu jusqu’à Potosi en Bolivie transportant l’or et les métaux précieux. Ensuite elle servit de liaison entre La Paz et Coroico où se croisait toute sorte de véhicules. Aujourd’hui cette piste est devenue plus sure grâce à la nouvelle route où transite dorénavant tous les camions. Seules les véhicules de tourisme et les cyclistes sont maintenant habilités à l’emprunter, ce qui lui donne un attrait touristique indéniable puisqu’elle relie le plateau andin à la terre basse de la Bolivie, les Yungas, au climat tropical, pour un dénivelé de plus de trois mille mètre en une soixantaine de kilomètres.

En effet cette piste aujourd’hui encore porte bien son nom. Et c’est celui-ci qui amène chaque jour un nombre toujours croissant de touristes. Mais elle est malheureusement détentrice de bien des records. On dénombre 26 véhicules par an qui basculent dans le ravin. Dans les années 90, 200 à 300 voyageurs se tuaient sur cette route (un véhicule toutes les 2 semaines). La route n’est pas bitumée et il existe peu de barrières de sécurité, parcourant ainsi d’un côté la falaise et le ravin de l’autre. Tout au long du chemin il existe bon nombre de carcasses de véhicules rouillés, des croix blanches ont été placées aux abords de la route à l’endroit même où les accidents se sont déroulés, même des pierres tombales sont présentes. Cependant les paysages sont magnifiques. Le temps est souvent couvert et nuageux, ce qui procure encore un peu plus de charme à l’endroit. On part de La Paz à 7 heures du matin direction La cumbre (sommet en espagnol) à environ 5000 m d’altitude, entouré par les montagnes aux sommets enneigés de l’Altiplano puis on entame la descente pour terminer le parcours dans la forêt amazonienne à Coroico à 1500 m d’altitude. Il faut compter 4 heures de descente en VTT. Quand la route n’est pas vraiment praticable, on peut emprunter le parcours en van ou combi. La descente est inoubliable. Coroico, au climat chaud et humide, est située dans les Yungas, vallées fertiles de la Cordillera real. L’endroit paradisiaque perdu dans la montagne offre une végétation variée et abondante avec de grandes plantations de café, de coca et d’agrumes, ainsi que de nombreuses variétés d’oiseaux et de mammifères. Endroit de villégiature des habitants de La Paz, les possibilités de logement sont nombreuses et c’est donc aussi pour cela que Coroico a été élu en janvier 2004 la première municipalité touristique de Bolivie. La descente s’arrête généralement à Coroico et le retour à La Paz s’effectue par la nouvelle route en van. Il est toutefois envisageable de rester la nuit et retour pour le lendemain ou continuation pour Santa Cruz.

Coroico est donc une destination hors des sentiers battus pour les personnes recherchant l’adrénaline. Cet endroit sauvage vous enchantera par ses paysages mais ne soyez pas trop distrait, prenez le temps de faire une halte plutôt que de risquer la chute. Vous garderez ainsi  la route de la mort dans vos mémoires et pourrait dire à votre entourage: «j’y étais» ou encore «je l’ai fait».

This entry was posted in Infos, Voyages. Bookmark the permalink.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s